Accéder au contenu

Les épaves corsaires de la Natière. Archéologie sous-marine à Saint-Malo

La découverte, en 1995, aux portes de Saint-Malo, des épaves de deux grandes frégates corsaires englouties au pied des écueils de la Natière a permis, après dix années d’enquête archéologique sous-marine, de dévoiler un pan oublié de la guerre de course. La plus ancienne de ces épaves, la Dauphine, est une grande frégate de 300 tonneaux, construite au sein de l’arsenal royal du Havre en 1703, par le charpentier Cochois. Commandée par le capitaine Michel Dubocage, elle escortait une prise anglaise, le Dragon, lorsqu’elle s’est perdue, le 11 décembre 1704, à l’entrée de Saint-Malo. La seconde, identifiée comme la frégate de 400 tonneaux L’Aimable Grenot, a été construite à Granville par un armateur privé, Léonor Couraye du Parc. Initialement armée pour faire la guerre de course, avant d’être reconvertie au commerce, elle s'est perdue le 7 mai 1749 alors qu’elle quittait Saint-Malo « pour le voyage de Cadix, chargée de toiles et autres marchandises du dit lieu ».

Bénéficiant d’une patiente et minutieuse étude archéologique des vestiges, les portraits robots des deux navires se sont lentement esquissés avant que leur confrontation avec les sources archivistiques permette finalement leur identification. Le site Internet offre une restitution 3D inédite de la Dauphine, qui vogue à nouveau sous forme numérique, trois siècles après son naufrage.

Dans une scénographie originale, la publication rappelle le quotidien des marins, retrace les circuits d’échanges nationaux et internationaux, et évoque les figures de quelques grands capitaines et armateurs, cependant que s’imposent en toile de fond la guerre de course et les combats navals.

Parmi les objets mis au jour, beaucoup sont singuliers ou rarissimes : un fragment de quartier de Davis et un bâton de Jacob (instruments de navigation) ; une étonnante règle à calcul ou « échelle de canonnier », utile à déterminer le calibre des canons et à préciser leur usage ; une pipe encore entreposée dans son étui en bois en forme de pistolet ; un bateau en bois miniature fabriqué à partir d'une douelle de tonneau…

Conçu par Michel L’Hour et Elisabeth Veyrat du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), il détaille les méthodes et techniques spécifiques aux travaux des archéologues sous-marins. Il fait partie de la collection multimédia « Grands sites archéologiques » éditée par le ministère de la Culture et de la Communication au sein du Département de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la technologie (Secrétariat général / DREST), en collaboration avec la Direction générale des patrimoines.

Bienvenue sur le site de la Natière

/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player 10.1 et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

Installer le flash player

Pour pouvoir afficher correctement ce site, il est nécessaire de disposer du plugin Flash Player 10.1.

Ce logiciel gratuit est facilement téléchargeable sur le site Adobe.

Ce plugin Flash fonctionne sur les navigateurs suivants : Internet Explorer, Netscape, Opera, Mozilla, Safari, Chrome. Il est compatible avec Microsoft Windows, Apple MacOs, Linux, Solaris et Pocket PC.

La procédure pour télécharger ce plugin est la suivante :

1. Aller sur le site de Adobe Flash Player et cliquez sur le bouton "Télécharger Flash Player"



2. Vous devez accepter les conditions d'utilisation d'Adobe Flash Player en cliquant sur le bouton "Accepter et installer dès maintenant".




3. Si une fenêtre d'avertissement de sécurité apparaît, cliquez sur "Oui" pour accepter l'installation de Flash Player.




L'installation se fait très rapidement ; il n'est pas nécessaire de redémarrer le navigateur.

Pour toutes autres questions concernant Flash, vous pouvez consulter le site Adobe ou contacter votre revendeur informatique.

Accéder à la version accessible